Sujets traités
> Tous les sujets
Imprimer

Les traitements de la médecine prophétique

Les remèdes prophétiques et leur utilité

La médecine prophétique est une médecine naturelle de plus en plus en vogue. La médecine prophétique appliquée consiste à utiliser correctement les remèdes vis-à-vis des maux. Nous allons voir dans cet article comment utiliser la médecine prophétique pour se soigner.

utiliser les remèdes prophétiques

Quels sont les remèdes de la médecine dans la tradition prophétique ?

  • La graine de nigelle
  • Le miel
  • La hijama
  • Les dattes de médine ‘ajwa
  • L’huile d’olive
  • Le costus indien
  • Le costus marin
  • La talbina
  • Le séné
  • Le siwak
  • La poudre de calamus
  • Cendre de papyrus
  • L’eau de Zamzam
  • La terre
  • La queue de brebis arabe
  • La roqya
  • Les invocations

Comment le prophète ﷺ traitait les maladies ?

Nous avons déjà défini ce qu’est la médecine prophétique dans un précédent article. Le prophète ﷺ traitait les maladies de trois façons. Il utilisait :

  1. Les remèdes divins
  2. Les remèdes naturels
  3. Où la combinaison des deux

Les remèdes prophétiques peuvent se subdiviser en deux catégories :

  1. Préventifs
  2. Curatifs

Comment utiliser les remèdes de la médecine prophétique ?

Les remèdes prophétiques préventifs

Ce sont les remèdes qui préviennent des maladies. En voici :

L’huile d’olive

Allah jure dans le Coran par le figuier et l’olivier :

وَالتِّينِ وَالزَّيْتُونِ

Sourate 95 du Saint Coran

At-Tin (Le figuier)

Cela pour montrer l’importance de ces deux éléments. Au sujet de l’huile d’olive, citons le hadith suivant :

D’après ‘Omar Ibn Al Khattab (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Mangez de l’huile et enduisez-vous avec car elle provient d’un arbre béni ».

(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1851 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

Nous savons de plus que consommer de l’huile d’olive quotidiennement est bon pour la santé. De la famille des lipides et de nature chaude et humide, c’est la plus digeste de toutes les huiles. De plus, on lui dénote quelques effets sédatifs, purgatifs et cholagogue.

L’huile d’olive contient de la vitamine E, une vitamine utile pour les organes génitaux, l’activité neuromusculaire, pour certains eczémas, pour les ulcères variqueux, le prurit vulvaire. L’huile d’olive est antioxydante et possède et vertus anti-veillissantes, anti-cancéreuses. Par ailleurs, elle est très utile pour les soins de la peau et prévient des troubles de la tension artérielle.

Ce hadith concerne évidemment l’olivier et l’huile d’olive. C’est cet arbre qu’Allah a qualifié de béni dans le verset du Coran n°35 de la sourate 24.

La talbina

La talbîna est une soupe à base d’orge et d’eau.

‘Urwa rapporte que ‘Âisha – qu’Allah l’agrée – ordonnait la talbîna pour le malade et pour la personne affligée d’un deuil récent. “J’ai, disait-elle, entendu l’Envoyé d’Allah ﷺ dire que la talbîna soulage le cœur du malade et dissipe en partie le chagrin.” (Hadith 5689 – Sahih al Bukhari)

Ainsi en dissipant en partie le chagrin, elle prévient des maladies psychologiques telles que la dépression, les troubles bipolaires, pouvant survenir suite à un évènement douloureux. La talbina contient de l’orge et se sucre généralement avec du miel qui lui aussi est un remède. Le miel rend l’orge plus digeste.

L’orge est un prébiotique et vient alors nourrir les colonies de bonnes bactéries qui colonisent notre microbiote. Ces colonies de bactéries sont utiles pour notre immunité qui constitue notre santé physique et pour nos neurones qui constitue notre santé mentale.

Un lien existe désormais entre le microbiote et le système nerveux. Les deux contiennent des neurones ! Il est dit par les scientifiques chercheurs que les futurs traitements anti-dépresseurs cibleront le microbiote au lieu de cibler directement le système nerveux cérébral.

Des études scientifiques ont démontré que la Talbîna est source de tryptophane. Le tryptophane est un acide aminé essentiel pour l’organisme, il est également un constituant des protéines. Il est un des précurseurs de la sérotonine et une cible des traitements anti-dépresseurs.

Dans la médecine prophétique appliquée, la talbina se prépare à l’aide d’un volume de farine d’orge pour cinq volumes d’eau douce et claire, cuit à feu doux dans une marmite de sortes qu’il n’en reste en suite que les deux cinquièmes du volume. On la filtre ensuite et on la consomme autant que nécessaire, sucrée.

Ceci est la recette traditionnelle mentionnée par l’Imam ibn al Qayyim. En pratique, si vous prenez l’équivalent de 5 cl d’orge, il faudra y ajouter cinq volumes d’eau douce soit 5 x 5 cl, c’est-à-dire 25 cl d’eau. Si vous choisissez de prendre 10 ml d’orge, cela correspondra à une quantité d’eau de 5 fois 10 mois autrement dit, 50 ml d’eau. Voir la vidéo.

Le sené

Il s’agit d’une plante du Hijaz que l’on trouve en Arabie saoudite ayant une propriété laxative. De nature chaude et sèche, elle agit en stimulant le côlon tout en provoquant des irritations.

Dans la médecine prophétique appliquée, il arrive que les aliments et remèdes nécessitent d’être équilibrés entre eux. C’est la raison pour laquelle l’Imam Ibn al Qayyim dit qu’il faut l’équilibrer avec du miel ou du beurre rance. Par ailleurs, elle est un remède préventif des maux comme l’occlusion intestinale et curative pour les maladies nécessitant une purge du transit intestinal.

Le séné s’utilise en feuilles infusées sur une quinzaine de minutes à raison de 0,75g de feuilles par tasse.

Il s’agit d’un puissant traitement pour la constipation. Il existe un médicament à base de séné qui est le « X-Prep » indiqué pour purger l’intestin avant un examen endoscopique (coloscopie) ou radiologique.

Le séné présente des contre-indications pour la femme enceinte, les enfants de moins de 12 ans ainsi que les personnes présentant des troubles intestinaux ou maladies inflammatoires des intestins de même que des déséquilibres électrolytiques. Il ne doit pas s’utiliser sur plus de 3 jours.

Le miel

Il présente d’excellentes propriétés générales et spécifiques.

Les propriétés globales des miels ne sont rien d’autre que les propriétés communes à tous ces miels. Comme le fait que les miels sont tous de bons antiseptiques, apaisants, cicatrisants, diurétiques, laxatifs et nettoient le trajet digestif, etc.

Les propriétés spécifiques du miel correspondent aux propriétés des fleurs à partir desquels ils sont produits. A titre d’exemple, la lavande est bénéfique pour les voies respiratoire, le miel de lavande sera bénéfique pour la toux. Les meilleurs miels sont les miels de toutes fleurs en guise de prévention des maux. Ceci par analogie au lait dont le Messager d’Allah (ﷺ) a dit : “Buvez du lait de vache, car elle broute à tous les arbres”. (As-Sahiha n°1943)

Le miel est contre-indiqué chez l’enfant de moins d’un an en raison du danger qu’il contient (botulisme). Ibn al Qayyim dit :

le Prophète ﷺ en buvait mélangé avec de l’eau à jeun, et il y a en cela un secret éminent pour la préservation de la santé. »

Les dattes ‘Ajwa de Médine

‘Âmir a entendu son père Sa’d – qu’Allah agrée – dire : “J’ai entendu l’Envoyé de d’Allah ﷺ prononcer ces mots : ” Quiconque aura mangé le matin sept dattes ‘Ajwa ne sera pas incommodé ce jour-là par le poison ni par la sorcellerie”. (Bukharî,5769)

Les poisons sont généralement cardiotoxiques. Cela prouve par déduction que les dattes de ‘Ajwa contiennent une prévention pour les maux cardiaques.

Ceci est confirmé par un autre hadith :

Dâwûd rapporte dans ses sunnan que Mujâhid tient les propos suivants de Sa’d رضي الله عنه : « j’étais tombé malade, une fois , et l’envoyé d’Allah ﷺ vint me rendre visite. Il posa sa main sur ma poitrine au point que je sentis sa froideur sur mon cœur et me dit : « Tu es malade du cœur – maf’ud -. Va voir Al Harith b.Kalada de la tribu de Thaqîf, c’est quelqu’un qui pratique bien la Médecine. Qu’ils prennent sept dattes du genre Ajwah de Médine. Qu’il les écrase avec leurs noyaux et qu’il te les administre par voie orale à travers un des côtés de ta bouche – yaludduka » Hadith rapporté par Abû Dawûd (n°3875).

Les études scientifiques ont confirmé l’effet cardioprotecteur de la datte ‘Ajwa. Les dattes ‘Ajwa sont une prévention pour les poisons. Les poisons sont des agents toxiques palpables. Les maux occultes comme la sorcellerie, eux, sont parfois impalpables.

Les remèdes prophétiques curatifs

La nigelle

Abû Hurayrah رضي الله عنه rapporte avoir entendu le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم dire : « Il y a dans la graine noire un remède contre tout mal, sauf contre le sâm. » (Al-Bukhârî n°5688).

J’ai établi ici une présentation de la nigella sativa sous forme de monographie.

Cette graine est un remède à toutes les maladies sauf la mort. Il s’agit d’un des plus célèbre traitement de la médecine prophétique. Son principe actif « la thymoquinone ». La thymoquinone possède des propriétés s’inscrivant dans la plupart des classes pharmaceutiques de médicaments de la médecine moderne . C’est une des raisons qui ferait que celle-ci est un remède à toutes les maladies.

D’autres ont dit que c’est parce qu’elle est bénéfique pour l’immunité car en renforçant le système immunitaire, on repousse toutes les maladies.

L’huile est une partie extraite de la graine à pression à froid. Si le choix devait se poser entre la graine de nigelle ou l’huile de nigelle, on préfèrera sa graine, car c’est à partir de celle-ci que l’on obtient son huile. La petite quantité reste préférable et permettra, par le biais de la répétition d’atteindre le mal si Allah le veut.

La concentration de principe actif dans l’huile est bien plus élevé que dans la graine. Il convient de l’utiliser en petite quantité.

La hijama

Abû Hurayrah (ضي الله عنه) rapporte que le Prophète ﷺ a dit : ” Quiconque pratique la Hijama le 17, 19 et 21, ceci sera une guérison pour tous les maux.”

(As- Sahîha (622))

Elle serait un remède à tous les maux, car en réalité il n’existe pas une maladie qui n’est pas en lien avec le sang. Pendant le 15 du mois lunaire le sang est agité. Il s’agit d’un des plus grands traitements de la médecine prophétique.

Jâbir Ibn ‘Abdallah (رضي الله عنه) rapporte qu’il a entendu le Prophète (ﷺ) dire : La guérison repose en trois choses : la gorgée de miel, l’incision de la ventouse, et la brûlure du cautère, mais j’interdis à ma communauté la cautérisation.”

(Sahih al Bukarî n°5683 et Muslim n°2205))

Il ne convient pas alors d’extraire le sang à ce moment-là en raison des risques, mais après. La recherche du nombre impaire permet d’atteindre la précision et de déterminer un jour bénéfique pour l’extraction du sang. Le premier jour impair qui succède le 15 est le 17 puis le 19, puis le 21.

Au plus on s’éloigne du 15ᵉ jour lunaire au plus l’agitation du sang diminue progressivement. Ainsi la recherche du 17, 19 et 21ᵉ jour est le bon compromis entre profit de sang extrait (atteinte d’une maslaha) et sécurité (évitement d’une mafsada).

Est-ce que la saignée c’est la hijama ?

La hijama est généralement confondue avec la saignée « Al-Fasd ». La saignée consiste en un prélèvement de sang au niveau veineux. Celle-ci doit se faire dans un cadre médicalisé. Notons que la hijama possède un point commun avec la chirurgie. Toutes deux débutent par une incision.

Celui qui soigne par ses ventouses est appelé « Muhâjjim » et celui qui soigne avec son bitouri est son bistouri « Mishrat ».

Ce traitement prophétique relève d’acte médical selon Ibn al Qayyim. De plus, l’incision ainsi que le prélèvement de sang est règlementé dans le Code de la santé publique en France. La pression de la ventouse, de même que sa position relèverait d’une prescription médicale.

Le miel

Nous avons cité le bienfait préventif du miel. En ce qui concerne son bienfait curatif, il réside dans le hadith suivant, relatif à la cessation des coliques où de la diarrhée :

Abû Sa’id Al-Khudhri رضي الله عنه rapporte qu’un homme vint trouver le Prophète ﷺ et lui dit :

“Mon frère se plaint du ventre.” et dans une autre version : “Mon frère souffre de coliques.” Il lui répondit :”Fais lui boire du miel.”

L’homme partit puis revient en disant : “Je lui ai fait boire du miel, mais cela n’a servi à rien”, et dans une autre version : “Mais cela n’a fait qu’augmenter ses coliques.”

Il revint deux ou trois fois, et a chaque fois il lui répondait : “Fais lui boire du miel.” La troisième ou quatrième fois, il lui dit : “Allah a dit vrai, et le ventre de ton frère à menti.” (Al-Bukhari 5684).

De ce hadith ressortent plusieurs enseignements. Parmi ceux-là, le fait de commencer un remède par la petite quantité. Celle-ci doit être répétée jusqu’à ce que le mal disparaît.

On obtient ainsi une meilleure précision dans le remède tout en étant sécuritaire et permet à coup sûr au remède d’atteindre la hauteur de la maladie, sans la dépasser. Dès lors que le bon remède coïncide avec la maladie, se produit la guérison si Allah le veut.

Jâbir Ibn ‘Abd Allah rapporte que le Prophète ﷺ a dit : «Toute maladie a un remède, si on applique le remède sur la maladie vient la guérison par la permission d’Allah . »[Muslim (2204)]

Le costus indien et /ou costus marin

Nous avons déjà établi la description et les propriétés du costus indien dans le document « costus magazine ».

Umm Qays Bint Mihsan déclare avoir entendu le Prophète (ﷺ) dire : ” Servez-vous du bois indien, c’est le remède de sept maladies. Il s’emploie par les narines en cas d’angine et se prend par un coin de la bouche en cas de pleurésie.”

(Sahih al Bukhari – hadith n°5692)

Puissant anti-infectieux, contenant des terpènes (dont les costunolides et les dihydrocostus lactones), alcaloides, flavonoides, saponosides, etc. il agit au niveau du site de l’infection.

Par ailleurs, on remarquera un bienfait plus particulier pour les voies hautes (ORL) dans le traitement de l’angine. Mais également en prévention des otites et sinusites infectieuses lorsqu’il est utilisé en gouttes dans le nez (instillé).

De plus, il est aussi bénéfique pour les maladies infectieuses. De même que pour les maladies pulmonaires et la pleurésie lorsque la racine reste quelques minutes dans un coin de la bouche. Le costus indien serait bénéfique pour les troubles infectieux et inflammatoires digestifs.

Pour atteindre cette voie il peut être utilisé en dilution dans l’eau, mélangé avec de l’huile, du miel ou en gélules. Ce traitement de la médecine prophétique ne remplace pas un médicament pharmaceutique. Demandez conseil à votre médecin avant utilisation.

La talbina

Nous avons cité son bienfait préventif juste avant.

En ce qui concerne son bienfait curatif, il se trouve dans le hadith : ‘Urwa rapporte que ‘Âisha – qu’Allah l’agrée – ordonnait la talbîna pour le malade et pour la personne affligée d’un deuil récent. “J’ai, disait-elle, entendu l’Envoyé d’Allah ﷺ dire que la talbîna soulage le cœur du malade et dissipe en partie le chagrin.” (Hadith 5689 – Sahih al Bukhari). Précisément au passage « soulage le cœur du malade ».

Ceci parce que la Talbina apporte gaité au cœur. Si tel n’était pas le cas, elle ne dissiperai pas le chagrin. Toute maladie attriste le cœur, aussi infime soit-elle. Ainsi en renforçant le cœur, l’âme et l’esprit se renforcent et luttent ensemble pour repousser la maladie.

Elle est également fortifiante pour le corps, bénéfique pour la femme enceinte et les sportifs. Les traitements de la médecine prophétique agissent en douceur. La Talbina à une action positive sur la gestion des émotions.

La poudre de calamus

Elle est un remède pour le bouton. Il s’agit d’une poudre extraite du roseau aromatique, qu’on appelle aussi « canne de calamus ». Une épouse du Prophète ﷺ rapporte :

“Le Messager d’Allah ﷺ entra chez moi, alors qu’un bouton était apparu sur mon doigt.

Il me demanda : “As-tu de la poudre ?” Je répondis : Oui. Et il me dit : “Mets-en dessus et dis : ô Allah ! Toi qui réduis ce qui est grand et accroît ce qui est petit, réduit ce qui m’a atteint.”

(An-Nasâ’î 1031).

Il s’agit d’une poudre dite « maturative »car elle fait mûrir le bouton. Elle peut s’appliquer dans le cas de l’abcès et du furoncle. Le remède prophétique cité ici est un mélange entre remède naturel et remède divin (invocation).

Les cendres de papyrus

Le papier Egyptien était autrefois fabriqué à partir de lui.

Abû Hâzim rapporte qu’il entendit Sahl Ibn Sa’d être interrogé sur la manière dont fut soignée la blessure du Messager d’Allah au jour de la bataille de Uhud, et il répondit :” Son visage fut blessé, sa quatrième dent incisive fut cassée et son casque brisé.” Fatimah, la fille du Message d’Allah ﷺ, lavait le sang et ‘Ali Ibn Abî Tâlib lui versait l’eau dans le bouclier.

Lorsque Fatimah vit que le sang ne cessait de couler, elle prit un bout de natte, le brûla jusqu’à ce qu’il devienne cendre, elle l’appliqua sir la blessure, et le sang cessa de couler.” * (Al Bukhari n°2911) – Précision : Il s’agit de la cendre de natte de papyrus selon Ibn Al Qayyim. (cf authentique de la médecine prophétique).

Ce qui est recherché ici est :

  1. L’effet hémostatique (arrêt du saignement)
  2. Avec un effet antibactérien > De l’eau fut versée sur la plaie. Et la natte de papyrus fut brulée.
  3. Cicatrisant : La cendre de papyrus favorise la coagulation du sang ainsi que le processus de cicatrisation.

Cela n’est pas valable pour tous les types de plaies.

La terre

‘Aishah qu’Allah agrée rapporte : « Lorsque quelqu’un se plaignait ou souffrait d’une plaie ou d’une lésion, il disait en mettant son doigt ainsi – et Sufyân posa son index à terre puis le leva et dit – « Au nom d’Allah, la terre de notre pays avec la salive de l’un de nous soignent nos maladies par la permission de notre Seigneur. » Al Bukharî (5745) et Muslim (2194).

La terre est de nature froide et sèche tandis que la plaie lorsque l’on s’égratigne ou se blesse est de nature chaude et humide. Ainsi lorsque l’on applique la terre sur une plaie celle-ci atteint son équilibre rapidement et stoppe le léger saignement. La douleur de l’égratignure ne gêne désormais plus.

Traiter le mal par son contraire est une règle validée par la médecine prophétique. D’après Abû Hurayra, l’Envoyé de Dieu (ﷺ) a dit : “Quand une mouche tombe dans le bol de l’un d’entre vous, qu’il plonge l’insecte en entier dans le liquide et qu’il l’en retire ensuite, parce que l’une des deux ailes contient un remède et l’autre une maladie.”

(Sahih al Bukharî n°5782)

Lorsque la terre est humectée avec la salive, elle permet aux cellules de reconnaître celle-ci comme un élément « du soi » ce qui favorise davantage le processus de cicatrisation.

L’invocation amène le bien, car toute guérison ne se produit que par la volonté d’Allah et préserve du mal. Des agents infectieux (comme le bacille de tétanie à l’origine du tétanos) peuvent se trouver dans la terre et aggraver le mal jusqu’au décès. C’est la raison pour laquelle fait partie des bonnes causes le choix de la terre pure, invoquer puis placer sa confiance en Allah.

Parmi les enseignements que l’on tire aussi est que tout ce qui est froid et sec agira favorablement sur la plaie. C’est le cas de l’argile, mais également d’autres poudres qui viendront former un amas autour de la plaie.

Vous trouverez l’invocation en langue arabe dans le Sahîd Al-Adhkâr de Shaykh Al-Albanî au chapitre de la « roqya ».

La queue de brebis arabe

Elle est un remède à la douleur du nerf sciatique. Cependant, nous ne savons pas à ce jour par quels procédés ce remède agit. Ce dernier n’était pas connu des Arabes, ni des Perses, des Indiens ou des Grecques. Ce traitement prophétique agit sur trois jours.

Le Prophète Muhammad ﷺ n’a pas étudié la médecine. Ceci met encore une fois en lumière les effets de la révélation Divine qui se sont manifestés par la bouche du Messager d’Allah ﷺ.

Allah a dit à son sujet (traduction approchée du verset ) :

…Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée S53 V3-4

Anas Ibn Malik qu’Allah fasse miséricorde rapporte que le Messager d’Allah ﷺ a dit : ” Le remède à la sciatique est la queue de grasse d’une brebis arabe, fondue, puis partagée en trois portions consommées à jeun, pendant trois jours.(As-Sahîha 1899)

Le nerf sciatique est le plus gros nerfs du corps. Il s’agit d’un nerf mixte, c’est-à-dire moteur (qui dirige le mouvement via un influx nerveux, courant électrique) et sensitif (qui permet de ressentir les sensations).

Le remède prophétique à base de queue de brebis arabe semble être le remède à la sciatique spontanée, occasionnelle (autrement dit la sciatique qui n’est pas liée à un pincement discal). Dans le cas d’un pincement discal, l’hygiène de vie ainsi que la hijama agiront positivement par la permission d’Allah.

Il est possible, par extension du hadith, que ce qui est bénéfique pour le plus gros nerfs du corps l’est à plus forte raison pour les plus petits nerfs du corps lorsque ces derniers sont enflammés de façon spontanée. Ainsi, ce remède pourrait être bénéfique pour les inflammations des nerfs en général. (névrites, polynévrites spontanées). Et, Allah est Plus Savant.

Les dattes de Ajwa

En plus d’être un remède préventif au poison et à la sorcellerie comme nous l’avons vu dans un autre article, celle-ci est aussi un remède curatif. La preuve réside dans le hadith suivant :

Dâwûd rapporte dans ses sunnan que Mujâhid tient les propos suivants de Sa’d رضي الله عنه :

« J’étais tombé malade, une fois , et l’envoyé d’Allah ﷺ vint me rendre visite. Il posa sa main sur ma poitrine au point que je sentis sa froideur sur mon cœur et me dit : « Tu es malade du coeur – maf’ud -. Va voir Al Harith b.Kalada de la tribu de Thaqîf, c’est quelqu’un qui pratique bien la Médecine.

Qu’il prennent sept dattes du genre ajwah de Médine. Qu’il les écrase avec leurs noyaux et qu’il te les administre par voie orale à travers un des côtés de ta bouche – yaludduka »

Hadith rapporté par Abû Dawûd (n°3875).

Précaution : Ce traitement prophétique ne doit pas se substituer à un traitement cardiaque. Parlez-en à votre médecin.

La roqya

Elle doit être faite avec le Coran, Allah dit (sens du verset) :

 » Et nous faisons descendre du Coran ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants »

-Ou Alors à l’aide des noms et des attributs d’Allah (sens du verset) :

« C’est à Allah qu’appartient les plus beaux noms. Invoquez-le par ses noms. »

-Ou alors à l’aide de ce qui a été rapporté de manière authentique dans la Sunnah :

 » Il n y a aucun mal à recourir à la Roqya tant que cela n’est pas du Shirk  »

Précautions à prendre

Obtenir un avis médical et ne pas autodiagnostiquer les troubles.

Le diagnostic médical est au médecin ce que la fatwa est au savant. Il est donc nécessaire de renvoyer les personnes vers les meilleurs spécialistes en ce qui concerne les affaires de ce bas monde, à commencer par la santé ainsi que renvoyer vers les Savants pour les affaires les religieuses, car ces dernières sont en lien avec l’au-delà dont l’issue est éternelle.

Ne pas interrompre les traitements médicaux sans avis du médecin ni les superposer avec autre chose sans l’avis d’un professionnel de santé. Les traitements prophétiques ne sont pas comme les traitements médicaux et n’agissent pas de la même manière. De plus, il n’existe pas de contradiction entre la médecine prophétique et la médecine des hommes si celle-ci repose sur preuves scientifiques concrètes dans ce qui est légiféré.

Voir aussi l’article : La médecine prophétique pour se soigner

Où trouver les dattes de Ajwa ? Boutique Madina Palace

Table des matières